Abhishek Bachchan

Père : « Dieu »

Mère : Jaya Bachchan

Une sœur, Shweta, épouse de Nikhil Nanda, 2 enfants.

Marié à Aishwarya Rai

 

A person with a beard

Description automatically generated with medium confidence

 

 Dieu peut-il avoir un fils ? Et si oui, peut-il être autant adoré que son père par l’unique biais de son mérite ? Ce sont les questions qui ont plané sur la vie du petit Abhishek dès sa naissance le 5 février 1976. Pourtant, ses parents lui ont donné une éducation prestigieuse volontairement éloignée des paillettes et des plateaux de cinéma. Ainsi, il passa de la Bombay Scottish School à l’université de Boston, qu’il quitta pour se lancer dans une carrière d’acteur. Ayant plusieurs passions dans la vie, notamment la photographie, il dit ne pas subir la pression d’être inévitablement comparé à son père, ni aux autres enfants de stars qui aspirent à recréer la magie et le succès cinématographique de leurs parents. Il n’empêche, personne n’ose prendre le risque de le signer pour un premier rôle. En 1999, la hritikhmania (Hritikh, fils de l’acteur-réalisateur Rakesh Roshan) déferle sur toute l’Inde avec le super-hit Kaho Naa Pyar Hai, et malgré les critiques, ses parents décident, sans regrets, de ne pas le « lancer » dans une de leurs productions maison.

 

 Après avoir étudié l’art dramatique, notamment auprès d’Anupam Kher, il est finalement employé par le réalisateur J.P. Dutta dans Refugee en 2000. Il a comme partenaire la sœur de Karishma Kapoor (sa fiancée d’alors), Kareena Kapoor qui interprète également son premier rôle. Malgré des critiques bienveillantes, ce film marque le début d’une longue liste de flops pour les deux acteurs, qu’ils soient ensemble ou séparés. Tout au long de ces cinq années d’échecs commerciaux, « Junior » affine son jeu d’acteur, se débarrasse progressivement de son malaise devant la caméra, adapte son langage corporel, améliore sa diction. Il est généralement admis que les films les plus intéressants sont Main Prem Ki Diwani Hoon de Sooraj R. Barjatya, Phir Milenge de Revathi et Naach de Ram Gopal Varma dans lesquels il est possible de constater cette évolution.

 

 Ainsi, il a le même début de carrière que son père : de petits films, des échecs nombreux et consécutifs puis le « break » : le film qui permet de rester en lice et dans l’esprit des producteurs. Pour Abhishek, ce sera Yuva de Mani Ratnam : changement de rôle, changement de personnalité. Il joue le méchant auprès de Rani Mukerjee ; la critique est unanime : un acteur est né. Il reçoit ainsi le Filmfare Award du Meilleur Second Rôle en compagnie de son père. Son éducation sobre, les valeurs traditionnelles qu’il défend, son comportement mature mais espiègle font qu’il est apprécié de tous dans le milieu du cinéma ; Yuva le fait adorer des réalisateurs mais c’est Dhoom de Sanjay Gadhvi qui le fait apprécier des producteurs. Il en ressentira une reconnaissance particulière envers Aditya Chopra qui le sortira de ces années de formation nécessaire mais douloureuse.

 

 Depuis, Abhishek a ce dont rêve tout acteur : la possibilité d’expérimenter en enchaînant les tournages et de s’ouvrir à d’autres horizons comme la comédie pure dans Bunty Aur Babli  de Shaad Ali, un des plus gros succès de 2005, dans lequel il interprète avec brio un escroc, dans un rythme effréné ; mais encore les remakes comme Sarkar de Ram Gopal Varma avec le rôle du fils du Parrain, pour lequel il a obtenu le Filmfare Award du Meilleur Second Rôle pour la deuxième année consécutive ; ou bien le cinéma d’auteur bengali avec Riturpano Gosh dans Antar Mahal.

 

 Ses projets démontrent parfaitement que sa position se stabilise dans l’industrie du cinéma, que ce soit au niveau de la rentabilité financière ou de la crédibilité artistique avec des films comme Kabhi Alvida Na Kehna  de Karan Johar, avec Amitabh Bachchan et Shahrukh Khan, Umrao Jaan de J.P. Dutta, avec Aishwarya Rai et Dhoom 2 de Sanjay Gadhvi, avec Hritikh Roshan.

 

 Il atteint les sommets de la reconnaissance avec son rôle d’homme d’affaires dans Guru en 2007, très acclamé par la majorité des critiques et des spectateurs. L’année suivante, il fera pleurer de rire le public indien dans la comédie Dostana qui lui vaut une nomination pour le Filmfare Award du meilleur acteur. Sarkar Raj en 2008 fait suite au film Sarkar et remporte un franc succès.

 En 2009, il fait ses débuts en tant que producteur avec le film Paa.

 

 Le début des années 2010 s’avère plus difficile pour Abhishek. Beaucoup de flops, et aucun succès au compteur. La carrière d’Abhishek est alors au point mort. L’acteur commence à sortir la tête de l’eau avec un rôle secondaire dans Bol Bachchan en 2012, puis en 2013 avec Dhoom 3 dont le succès est immense, enfin avec son rôle dans Happy new year en 2014, où sa prestation amusante plaît et n’est pas sans contribuer à la saveur du film.

 Récemment, on l’a retrouvé dans un autre succès de 2016 : Housefull 3. On l’a ensuite revu en 2018 dans Manmarziyaan, de Anurag Kashyap, avec Taapsee Panu, et cette année dans Ludo de Anurag Basu, sorti directement sur la plateforme Netflix.

 

 Abhishek Bachchan est marié avec l’icône Aishwarya Rai depuis 2007 ; le couple a une fille, Aaradhya, née en 2011.